]

Citations

"Puisses-tu vivre tous les jours de ta vie."
Jonathan Swift

Treehorn

Lorsque j'étais enfant ma mère me lisait l'étrange Théophile a rétréci, et je l'adorais. Dans mes fouilles presque archéologiques dans la bibliothèque familiale j'ai remis la main sur ma veille édition et j'ai été curieuse de savoir si ce livre existait toujours. De retour à la librairie j'ai découvert que le livre avait été réédité et retraduit sous le titre du Rapetissement de Treehorn (aux éditions Attila) et qu'en plus il y avait deux autres tomes... oui je sais c'est fou ! Ni une ni deux je commande les trois tomes pour mon rayon et une vingtaine d'années plus tard la magie opère à nouveau, je tombe sous le charme de Treehorn (bien que je préférais le prénom de Théophile) ce drôle de petit garçon inexpressif en noir et blanc à qui il arrive des choses loufoques. Peut-être que ces livres ne vous disent rien mais il s'avère que ce sont des classiques pour les enfants anglo-saxons, un de ces livres qu'on lit à tout âge. 
Florence Parry Eide, était une auteure jeunesse américaine, elle a plus de 100 livres (romans, poésies et chansons) à son actif, mais très peu sont traduits en français. Son premier titre fut Maximilan (1967) mais elle est principalement connue pour sa trilogie Treehorn (1971 pour le premier tome) illustré par Edward Gorey. Ses histoires pleines de fantaisie, d'humour et de tendresse ont été illustrées par les grands illustrateurs américains, comme par exemple Lane Smith ou Jules Feiffer.
Edward Gorey est un singulier personnage, ce dessinateur américain, est la source d'inspiration de nombreux artistes comme par exemple Tim Burton. Il commence une carrière prolifique en 1953 il a illustré plus d'une centaine de livres mais c'est en 1980 avec l'animation du générique de la série télévisée Mystery ! qu'il deviendra célèbre. Ses dessins sont fait minutieusement à la plume noire, souvent farfelus, parfois macabres et d'inspiration surréaliste, ils sont reconnaissables au premier coup d’œil.
Treehorn est un petit garçon incompris et dans sa vie rien ne se passe jamais comme prévu !
Tout d'abord il rétréci,personne ne sait pourquoi et d'ailleurs tout le monde s'en fiche. Ensuite il touche son argent de poche, son petit trésor, il va enfin pouvoir s'acheter ses BD préférés...ou pas ! Et dernier volet de ses aventures il fête son anniversaire, il attend avec impatience le cadeau de ses parents mais il va trouver une jarre enfermant un génie... ça promet !

Initialement écrite pour les enfants, cette histoire s’adresse à toutes les générations et en dit long sur les difficultés de communication. Le ton farfelu montre que dans l’univers de Treehorn, la fantaisie a du mal à triompher d’une société contemporaine assez morne. Les parents, un père moralisateur qui s’écoute parler et une mère superficielle bien plus intéressée par son nouveau chapeau que par son enfant, ne se préoccupent pas de Treehorn, isolé dans sa bulle colorée, rien ne doit déranger leur quotidien insipide. La magie de l’enfance ne les touche plus.
Sauvez les librairies, achetez y vos livres.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire